33 ans de médiator…Alors, il s’en fout ?

Cette vidéo a été tournée en septembre 2011 par Gabrielle Chatelain-Moore de AFP TV Aujourd’hui, à quelques jours de la reprise du procès SERVIER à Nanterre devant le TGI, pour « TROMPERIE AGGRAVÉE » j’arrive au bout de la procédure de l’Oniam qui aura duré  21 mois (à ce jour).

Conclusions de l’avis du collège d’experts :

– Le collège d’experts considère que les dommages en lien avec la valvulopathie mitro-aortique conduisant à un remplacement valvulaire par prothèses mécaniques sont imputables en intégralité à la prise de benfluorex.

Dont acte. J’attends avec » impatience » la proposition d’indemnisation de M. Servier. Ça aussi, il s’en fout ?

MÉDIATOR : le retour

Le mardi 21 mai 2013 s’ouvre au TGI de Nanterre le second procès des Laboratoires Servier pour « TROMPERIE AGGRAVÉE ». Le premier avait été interrompu l’an dernier grâce à une QPC soulevée par  la Défense. Cette QPC a été depuis rejetée par la Cour de Cassation.

France Info 14 mai 2012

Cette déclartation du Docteur Irène Frachon en mai 2012, vient d’être confirmée par le rapport d’experts publié ce mois-ci dans la procédure ouverte au TGI de Paris pour laquelle une instruction est en cours.

 

Entretien avec Me Joseph-Oudin, avocat d’une partie des victimes du Mediator le 16 janvier 2013

Tintin !

100-francs-delacroix-type-1978-modifie-recto

Jadis, il y’eut les francs, les anciens, les fafiots,
Qui se comptaient en briques, en patates, en bâtons.

Puis il s’est alourdi en devenant nouveau

Franc lourd et nouveau franc, le centième pour un rond.

C’était le temps du blé, du grisbi, de l’artiche
Des tontons qui flinguaient pour le pèze et l’oseille,
Les talbins ou la fraîche, la ferraille en pourliche,

D’aucun rêvait encore des vacances au soleil.


Le bastringue a  sa thune,  la galette, sa monnaie,

Ses verbes appropriés : rafler, claquer, gagner.

Le fric à ses victimes, le pognon, ses laquais.

Les biftons, ses liasses peu à peu épargnées.

Nostalgie dérisoire ou utopie d’hier,
Les picaillons d’antan valent-ils bien la peine

D’inventer une langue en tout point héritière

Du sens et de l’image de notre « Madeleine ».

C’était  des sous, avant, un bifton de cent balles.
On en gagnait des milles, des dix mill’s pour certains.

Tous ses mots sont partis, ils ont quitté le bal,

Le mot des maux nouveaux, aujourd’hui c’est « tintin« .

Jean-Charles Theillac

 

L’argent : d’autres synonymes non utilisés. La mornifle, l’osier, les pépètes, le flouze, la mitaille, les picaillons, la braise, le carbure, les fifrelins, les kopecks, les radis, la boule…

Un regard de caresse

 

  Bus

Aphrodite  avait dû ce jour là, emprunter
Avec moi l’autobus, à moins que ce ne fut
Sémélé* et Phébus, amis de volupté
S’associant un instant pour me rendre confus.

Rencontre de minute, certes délicieuse,
Dont j’étais le témoin, attentif et comblé,
D’admirer  silhouette aussi malicieuse,
Mais mon cœur attendri n’en fut pas moins
troublé.

J’emprunterais à Georges, le dernier quatrain
De « La fessée », chanson écrite à « quatre mains ».

Surtout qu’elle s’était enquise, la bougresse :
« Avez-vous remarqué que j’avais un beau cul ? »
Et ma main vengeresse est retombé’, vaincu’ !
Et le troisième coup ne fut qu’une caresse

*Sémélé : déesse de la lune
Jean-Charles Theillac

La fessée de et par Georges Brassens

 

 

Colibris, à l’abri !

 

 

 

Radote mon ami, redonne-nous encor’
Maximes et conseils sur l’homme et ses faiblesses.
Victime de lui-même et de ses anticorps
Qui polluent la Terr’-Mèr’ de toutes ses bassesses.


Radote mon ami, à demander encore
S’il y a une vie de l’Homme avant la mort
Qui détruit la nature et la terre qu’il abhorre
À vouloir les soumettre à son funeste sort.


Radote mon ami. Convivialisateur
De la planète entière. Tu exaltes l’amour
De la raison rendue ainsi que ses valeurs


Confisquées par la vie, bafouées pour toujours.
Radotes encore l’ami, la part de colibri
Que tu nous apportes, mettons-la à l’abri.


Jean-Charles Theillac

Le colibri

Tu me plais colibri, tu t’agites et tu voles
Parmi les herbes folles et les arbres en fleurs.
Ta tâche est infinie, constante et bénévole,
Et sans toi la vraie vie n’aurait pas cette ampleur.


Tu es le plus petit et jamais tu ne doutes
À porter goute à goutt’,  ta part de conscience
Oiseau-mouche tu es et nous montres la route
Pour agir et avoir encor’ plus confiance.


Tu es sens et instinct. La raison et l’esprit,
De nous tous pensants, nonchalants, besogneux,
Qui ne voyons pas naître l’aube d’un jour heureux.


Augure à tire d’aile, pélican incompris,
Aussi léger tu voles, aussi grand le pari,
Du silencieux vol d’un oiseau,  Colibri.

Jean-Charles Theillac

 

La légende du colibri par Pierre Rabhi

Médiator : ça se gâte !

Maître Charles Joseph-Oudin était invité de France 5 pour répondre aux questions de Allo Docteur du 16 janvier 2013

INDEMNISE CORRECTEMENT : que veut dire cela ?

Un rappel de l’interwiev de Mme Marisol Touraine Ministre de la Santé le mois dernier à propos de l’Oniam

L’ONIAM, on n’avait pas compris, c’est
l’OFFICE de NON-INDEMNISATION des ACCIDENTS MEDICAUX :

 

FRANCE INFO : Où l’on apprend que… 

Sonnet d’année

  … à Irène Frachon


Qu’ils soient bons ou meilleurs, les vœux sont échangés,
Sincères ou timorés, ardents ou légitimes.
Ils doivent contenir néanmoins, immergé,
Le parfum émanent des richesses intimes.


Vers qui vœu va, il va. De qui vœu vient, revient.
La pensée ambitionne,  transcende l’incertain
Pour le rendre possible et embellir le lien
Invisible et ténu, des vœux vers un destin.

Regain de volonté de nature vagabonde,
Cette année verra l’ombre d’une résurrection.
Une douce pagaille, fondatrice et féconde,

Élan revigoré vers une rédemption,
Aubaine salvatrice, riche en étrangetés.
A l’aube de ce jour, bonne année, bonne santé !

Jean-Charles Theillac

 

Je dédie ce poème à Madame Irène FRACHON,
médecin pneumologue au CHU de Brest, sans qui,
ce sonnet n’aurait pas lieu d’être.

Martin Aurore

images

photo tirée du site Ballade en pays basque

« Je vais être en retard » avait-t-elle prévenue
Sa sœur qui ne l’attendait pas. C’était le signal.
En plein après-midi la voilà détenue
Par des condés aux ordres d’un Juge spécial.


Le soir même, Biriatou, à l’heure de l’apéro
Etait remise Aurore à la garde féale,
D’alter égo complices pour l’amener presto
Dans la geôle madrilène de Soto Del Real.


La suite, vous la savez. Cette coercition
Est exclusivité. Livrer une française
À un état voisin, pour délit d’opinion,
Au pays de Hugo et de la Marseillaise,


Où sont les Droits de l’Homme ? Courage à toi neska.(1)
Nos pensées te soutiennent et t’aident à supporter,
Pouvons-nous l’espérer, le douloureux fracas,
L’insupportable atteinte, à ta vraie liberté.


Tes amis bayonnais et ceux d’Euskal Herri  
Portent haut les valeurs de ton esprit mutin
Et témoignent de l’audace par cette allégorie,
À la Mauléonaise,  à Aurore Martin.


Jean-Charles Theillac
le 15 décembre 2012


(1)Neska : fille, fillette en basque

Aveux, à vous.

J’avoue, j’ai abusé des rimes trop faciles,
Pour ne plus explorer et me casser la tête
À
cerner la litote ou l’oxymore utile,
La rime suffisante, la prosodie muette.


Je me repens alors des veules et vil’s visées
Qui n’ont pour intérêt que de plaire à l’ouïe
D’auditeurs incrédules oyant mes billevesées
D’ une rime embrassée pour un rêve enfoui.


Me voilà rependu, non pardon, repenti.
Charabia, baragouin, ce galimatias-là !
Pléonasme touffu, foutu tutti quanti,
Tautologie urbaine, que ces galapiats-là.


J’avoue, j’ai abusé des pensées euphémiques.
Au lieu d’utiliser les vrais mots de l’amour,
J’ai souvent parcouru des chemins chaotiques,
Hypocrites oraisons, intentions  de basse cour.


Je replie mon compas à faire des ronds dans l’eau,
Des cris, des mots, des moues, des facéties baroques,
Où dans mes nuits à boire j’ai trahi le huis-clos
D’un tête à tête à pied, la main sur la breloque.

 

Jean-Charles Theillac

le 12/12/12

 

Bréviaire:

Une rime est « suffisante » lorsqu’elle se fond sur la répétition d’un son vocalique (voyelle) + un autre son, soit vocalique, soit consonantique (consonne). bijou / acajou – mène / Gênes

Rime « embrassée » : le schéma rythmique [A, B, B, A] s’appelle rime embrassée.

Litote: figure consistant à dire moins pour faire entendre plus. (Ex. : Je ne te hais point pour signifier « je t’aime ».)

Oxymore: rapprochement de deux mots qui semblent contradictoires. (Ex. : un silence éloquent.)

Prosodie: en linguistique, partie de la phonétique qui étudie l’intonation, l’accentuation, les tons, le rythme, les pauses, la durée des phonèmes.

Pléonasme: répétition de mots dont le sens est identique. (Ex. : Monter en haut.)

Tautologie : répétition d’une même idée en termes différents ; redondance.

Euphémisme : adoucissement d’une expression jugée trop crue, trop choquante. (Par euphémisme, on dit « il nous a quittés » pour « il est mort ».)

C à vous – France 5 – amène Servier sur un plateau

Madame Lucy Vincent, porte parole des laboratoires Servier, invitée  de « C à Vous » mercredi 3 octobre 2012 :

« S’il vous plait, ne me dites pas qu’on a mis la pression » (sur les experts de l’Oniam)

« Quand il y a un doute, on va dire que c’est imputable au Médiator« …

« Nous faisons des chèques au cas par cas« …

« Il n’y a pas de sommes allouées« …

« Les cas où ce n’est pas grave, il y a des taux d’indemnisation appropriés »

Servier sort enfin de sa tannière. Il en sort en fin de compte pour se « gargariser » de la tournure que prennent les évènements.

Encore une fois, c’est Le Parisien qui sort l’affaire, reprise de concert par toute la presse.

La majorité des dossiers d’indemnisation présentés à l’Oniam depuis un an, ne seraient pas recevables.

D’où la réaction d’Irène Frachon de soupçonner Servier de « mettre la pression » sur le collège d’experts de l’Oniam.(Ça, ils savent faire !)

Madame Frachon a raison de soulever cette question. Après tout ce qui a été dit et promis-juré, la « montagne » promise risque de mettre bas, une petite « souris », toute petite, que le gros matou de Servier, ne manquera pas de « croquer » après avoir jouer avec pendant longtemps.

Quand il y a un doute, on va dire que c’est imputable au Médiator » prétend-elle, C’EST FAUX!

Les pauvres gens, à qui on demande de faire la preuve des prescriptions de Médiator, après parfois des dizaines d’années, où les médecins ont cesser leur activité et n’ont pas conserver d’archives, où les pharmacies ont changer de propriétaires, où leurs archives ont disparu dans des sinistres.

Mais il y a un endroit où ces traces doivent exister c’est la Sécurité Sociale, mais elle n’est tenue qu’à garder qu’environ trente mois d’archives. Alors, Servier va triompher.
Les effets toxiques de ce médicament sur les valves cardiaques ou sur la pression artérielle dans les poumons, ne se font ressentir qu’à long terme, au moins quelques années. D’où la difficulté de rechercher les preuves.

Pendant ce temps Jacques Servier vieilli, sagement, tranquillement, mais il n’est pas éternel. Qu’adviendra t-il des dossiers déposés à l’Oniam le jour où il disparaitra?

Bonne question Madame Vincent? On attend votre réponse.

Mediator: il combat pour faire reconnaître son préjudiceLE FIGARO.FR du 4 octobre 2012

« MEDIATOR M’A TUER » , Jacques SERVIER

Paquet JPS 2
Traiter en alexandrins un tel sujet est une véritable gageure. La complexité de la question physiologique ainsi que le comportement psychologique des personnages sont telles, qu’il est très difficile d’en définir le contour. Mon souhait est de m’exprimer sur la gravité de l’évolution de l’état de santé des victimes ainsi que leur volonté d’obtenir une réparation morale et matérielle. Demain, il sera trop tard. Le temps judiciaire et le temps qu’il nous reste, n’ont rien de comparable. La négation des faits du « clan » de Jacques Servier devient surréaliste et une injure à l’humain, au bon sens.

La pompe primordiale, je viens d’en être instruit,
N’en a cure des soins et attentions portées.
Elle badine, elle bredouille, sa systole s’ennuie
Et traduit un état voisin de la duplicité*.

Elle en a les atouts, les contours et les sens.
D’organe similaire en tous points, et l’usage
D’assurer de la vie, le destin et l’essence
Sans y être contrainte, elle s’abîme et ravage.

Le remède inventé par un sorcier en diable,
Charlatan patenté, alchimiste cupide,
Que n’a tu reconnu ton appétit coupable,
D’avoir autour de toi abusé les séides* ?

Hypokinésie

C’est le terme employé par les hommes de l’Art.
Ma pompe primordiale en a pris un « vieux coup ».
Me faudra t-il encor’  démontrer l’avatar ?
Je n’en aurai la force, ni le temps, ni le goût.

Désormais ma vie n’a plus l’attrait, la saveur
Du printemps renaissant et de l’aube nouvelle.
Elle inspire  plutôt, le fardeau, la sueur
D’un retour de labeur, qu’un’ soirée de Noël.

« Médiator m’a tuer », ne t’en déplaise Jacques.
J’étais de tes clients, le plus fidèle et puis
Trente trois ans après, me voilà à l’ubac*,
Les forces m’abandonnent et mon chemin s’enfuit
.

QPC : question prioritaire de constitutionnalité

Mais la priorité pour toi, d’examiner
Cette heureuse occasion de gagner un peu d’air
Et de désespérer encor’ plus les damnés
De la valve, tes victimes piaculaires*.

Mentir et tout nier, devient insupportable.
Reconnaître sa faute est, dit-on, salutaire.
N’y a t-il pas  chemin qui serait convenable
D’emprunter pour lever cette graine de terre. 

Le temps presse et s’en va, la vérité éclate.
La noblesse et la générosité : vertus,
En extinction  sont-elles ? Nos cœurs incarnates*
De battr’ s’arrêteront et tu seras foutu !

 

Jean-Charles Theillac

le 12 juin 2012

 

*La pompe primordiale : le cœur
*Duplicité :
Caractère de quelqu’un qui ne se montre pas tel qu’il est, qui présente intentionnellement une apparence différente de ce qu’il est réellement ; hypocrisie, fausseté
*Les séides :  Homme d’un dévouement aveugle et fanatique.
*L’ubac : Versant d’une vallée de montagne exposé à l’ombre
*Piaculaires : expiatoires
*Incarnates : d’un rose vif


kinésie (grec kinesis, mouvement)    nom féminin PHYSIOLOGIE Activité musculaire ; mouvement.
Echographie du 11 octobre 2011
L’électro cardiographie retrouve un ventricule gauche de taille normale avec une fraction d’éjection surestimée par la méthode de Teichholtz à 80%
Echographie du  4 juin 2012
HYPOKINESIE GLOBALE. HYPOKINESIE APICALE
Les paramètres de contractilité sont abaissés.
Le pourcentage de raccourcissement des diamètres a été mesuré à 24% (normale > 30%).
La fraction d’éjection par la méthode de Teichholtz a été mesuré à 47% (normale >60%)

Irène Frachon le 14 mai au Tribunal de Nanterre

QPC : question prioritaire de constitutionnalité
Le 21 mai 2012, le Tribunal de Grande Instance de Nanterre renvoyait cette QPC devant la cour de Cassation
Compte-rendu d’audience  de Sophie Parmentier sur France-Info

Le procès est reporté au 14 décembre 2012

 

Rappel des épisodes précédents:

 

Message personnel à M. Jacques Servier

Allo docteur! Emission du 19 septembre sur France 5

Je pense à toi…Jacques SERVIER

Médiator ou  »le coeur en zizanie »