Adieu les Con-Finés

Miscellanées d’haïkus

1. Qu’est-ce que la vie ?
Un ustensile à penser
Et aimer la vie.

2. De mon cœur trahi
Tiens, les clefs je te les rends
Ma porte est ouverte

3. Dieu.e existe-t-elle
Ou il ? Dans un cas temps pis
Dans l’autre, temps mieux.

4. Clignoter de l’œil
Tournicoter de l’orteil.
Risible dérision

5. Ut est comme un do
Et sa clé des chants
Rustine des airs

6. Aimer c’est souffrir
Aie, aie, aie ! mama mia
J’ai le mal d’aimer

7. La gratitude
C’est remercier l’ancêtre
Ceux d’avant-hier

8. La vie éternelle
C’est long, surtout vers la fin
La vie éternelle

9. Caresses intimes
Drolatiques et divines
Amies de l’amour

10. Sérendipité
Je t’ai trouvée par hasard
Sérendipité

11 L’âme a mal de toi
Toi qui passes et ne me vois
Au prix d’un mépris

11 Le prix du mépris
Est épris d’un pur esprit
Et repris de justesse

12. La gastronomie
C’est une affaire d’étoile
Et d’astronomie

13. Mémoire de mes yeux
A jamais gravée au fond
Comme un écriteau

14. La révolution
Un rêve en évolution
Tel un cumulus

15. Un fémur un clou
Une plaque et puis c’est tout
Vais cahin caha

16. Toi l’outrecuidant
Où vas-tu d’un si bon pas ?
En enfer d’ici

17. Haïku de blues
Haïku à boire cul sec
Haïku pied au …

18. Vaccin attendu
Au-delà d’espérance
Et convenance

19. Covid’ mon amour
Que tu ne sois pas servi
Relégué au fond

20. À Saint-Valentin
Si elle te tient la main
À la Marguerite…

21. Je n’ai pas d’humour
La preuve, je n’suis pas drôle
Désolé, ah ! ah ! …

22. J’invite un caillou
Une brebis, une fleur
À venir ce soir

23. L’avenir de l’homme
Est une terre inconnue
Décidée, ou pas

24. La vie érige haut
Tous les projets de vertu
Aptes à hisser l’âme

25. Au dernier moment
On n’habille pas nos morts
Adieu au visage

26. Les puceaux de l’âme
Sont les damnés du Bon Dieu
Et sous peu du Diable

27. Connais-toi toi-même
Aveu de notre ignorance
Et de votre orgueil

28. Dans culture y’a cul
Et alors ! S’pèce d’ob cédé
Dans concis, y’a con

29. Dame poétesse
Était-ce âme damnée
Que vos paumes dessinent

30. Boire à ta fontaine
Un élixir de jouvence
Félin et divin

31. Une pique à sot
Serait utile ici-bas
Pour clouer les con s

32. Un nu de Pablo
C’est un collage de trous
Agrémenté d’âmes

Écrits le 1er trimestre 2021
Jean-Charles Theillac

François

André Grassi aimait à composer le matin dans le jardin familial à l'ombre d'un cerisier aux côtés de François.

Y’avait un’ fois un petit chat
Qui s’appelait François.
François ? Pourquoi, on n’l’savait pas
Mais il s’app’lait François.
N’avait jamais connu son père
N’avait jamais connu sa mère
P’ t’être bien que lui n’en avait pas
Y’a des chos’s curieus’s  ici-bas.

On a beau être un petit chat
On a son quant à soi
Si on voit la vie par le bas
On n’est pas fier pour ça.
Moustaches en crocs, les yeux brillants
Il était fier comme Artaban
Il vivait comme un gros Pacha
Sans femm’s et c’est bien mieux comme ça

Mais dans son cœur de petit chat
Y’ avait un grand chagrin
Il aurait voulu êtr’ papa
De vingt chatons, ou plus, ou moins.
Il envi’ les chats de gouttières
Qui cour’ent la gueuse des nuits entières.
Mais lui, hélas il fait tintin,
Tout ça à cause d’un chirurgien

André Grassi

Le 3 décembre 2016 sur France Musique, l'émission "Etonnez-moi Benoit", Benoit Dutertre évoque avec son chroniqueur Serge Elhaïk, la carrière d'André Grassi où l'on est effectivement "étonné" et ému en l'entendant répondre à une interview d'un producteur britannique. Une évocation émouvante aussi de Jacques Brel, Susy Solidor, Lino Pirollo et René-Louis Lafforgue chantant Julie la rousse sous la direction d'orchestre d'André Grassi. Étonnant, non ?

LE PRINTEMPS

Alors que naissait #lanuitdebout j’ai filmé la croissance de deux arbres. Du 22 au 53 mars, j’ai mis en images la « révolution » de la nature au printemps. Les arbres de la Place de la République à Paris en ont fait autant, et c’est bien ainsi. Ce film est illustré musicalement par La Sacre du Printemps d’Igor Stravisky.

À bout de temps

Ce temps qui n’en peut plus d’avoir à se compter
Et compter les secondes, décompter les minutes,
Les jours les mois les ans, traces d’éternité,
Culbute dans ces temps que nos âmes rebutent.

Verrons-nous tout cet an ? Sera-t-il l’ultime ?
Sera-t-il un abîme tout habillé de temps ?
De celui que l’on tue à coup de dons intimes,
Pour ne pas trop vieillir, peut-être trop longtemps.

Un air de déjà vu et de sous-entendu,
Fera gloire aux échanges tout en palinodies.
Un temps perdu ou pas en des vœux bien dodus

Et tout aussi rompus à cette monodie.
Bonne année, bonne santé ! Vains vœux ou pieux souhaits?
Choisissez ! Ces « vains » là, ne sont pas que méfaits

Jean-Charles Theillac

Catherine Maisse

Catherine MAISSE interprète une chanson de Vincent Scotto. Les chansons de Catherine Maisse ont été éditées en CD par Matthieu Moulin (Association « 78 tours..et puis s’en vont ») . Il est disponible sur le site www.mariannemelodie.fr. Elle est accompagnée par André Grassi et son orchestre

Catherine MAISSE interprète cette chanson tirée de l’Opérette « La belle Arabelle (F. Blanche, Marc Cab – Guy Lafarge, P. Philippe). Les chansons de Catherine Maisse ont été éditées en CD par Matthieu Moulin (Association « 78 tours..et puis s’en vont ») . Il est disponible sur le site www.mariannemelodie.fr. Elle est accompagnée par André Grassi et son orchestre

Catherine MAISSE interprète « Les Roses de Saadi » (M. Desbordes-Valmore – CH. Manen, arrgts A. Grassi). Les chansons de Catherine Maisse ont été éditées en CD par Matthieu Moulin (Association « 78 tours..et puis s’en vont ») . Il est disponible sur le site www.mariannemelodie.fr. Elle est accompagnée par André Grassi et son orchestre

Catherine MAISSE interprète une chanson d’André GRASSI. (Prix de la Sacem – Deauville 1951). Les chansons de Catherine Maisse ont été éditées en CD par Matthieu Moulin (Association « 78 tours..et puis s’en vont ») . Il est disponible sur le site www.mariannemelodie.fr. Elle est accompagnée par André Grassi et son orchestre